Traditions obsolètes et lenteurs de l'institution, hiérarchie toute-puissante qui vous oblige parfois, bizarrement, à classer des dossiers sans suite, personnages intouchables, indulgence suspecte des autorités à l'égard de potentats douteux, incursion de la politique au mépris de la séparation des pouvoirs il faut se battre sans relâche. Car il n'y a pas que les grandes affaires médiatiques, comme OM/Valenciennes, le dossier de certains francs-maçons ou l'éviction du juge Renard qui a failli coûter au magistrat son poste. Quand on voit les inimitiés qu'il s'est attirées pour avoir simplement voulu faire assainir les eaux d'un établissement thermal qui mettaient en péril la santé des curistes, on se dit que pour servir la justice, de nos jours, il faut accepter Le Devoir de déplaire. Et si c'était là le principe sur lequel devraient reposer les réformes tant souhaitées ? (Note de l'éditeur)


Ce que ne nous dit pas l'éditeur cest la façon dont EDM nous décrit son parcours : dans un style précieux avec de nombreuses formules ampoulées et tortueuses, sous-entendus énigmatiques voire complètement hermétiques, jargon juridique à l'appui ! Dur, vraiment dur de lire cette prose, et il faut bien dire que le sujet non seulement m'intéressant beaucoup et que ma domiciliation sur Nice en faisant une quasi-obligation, je me suis accrochée et suis allée jusqu'au bout de l'ouvrage...


Lequel démarre sur l'initiation de l'auteur à la magistrature, partie qui ne m'a guère intéressée même si j'aime bien le personnage. Heureusement, la seconde partie du livre rentre dans le vif du sujet si je puis dire, en l'occurence l'affaire Tapie, dite OM-VA, passionnante, puis tout ce qui a pu toucher Nice depuis 1999 et là également je n'ai pas été déçue ! On apprend beaucoup de choses sur des affaires qui ont beaucoup fait parler d'elles, mais non pas du point de vue des médias mais de celui du procureur de la République et croyez-moi ça change pas mal de choses...


Conclusion : Alors oui, je conseille ce livre, même si je l'ai trouvé lourd parfois dans son style et dans les nombreux sous-entendus incompréhensibles pour le profane, car beaucoup des sujets abordés sont captivants. De plus, cet ouvrage nous donne l'infime espoir que tous les hommes ne sont pas corruptibles. Ma note : 14/20


Pour en savoir plus :

Paru chez Michel Lafon / septembre 2006

343 pages