"...Trente ans plus tard survient le 11 septembre, et avec lui le temps du doute, de la remise en question, de la suspicion. Le passé d'Hannah va resurgir inopinément. Et du jour au lendemain, son petit monde soigneusement protégé va s'écrouler." (Note éditeur)


Non seulement Douglas Kennedy, plus populaire que jamais, se met au défi d'incarner un personnage féminin pour narrer cette histoire, exercice pas simple du tout, mais en plus, il l'identifie volontairement à notre héroïne française Madame Bovary. So delicious ! Et quel honneur, de lire dans ce roman des tas d'allusions sympathiques sur notre beau pays, pas toujours très apprécié outre Atlantique. Douglas Kennedy brave ainsi les conventions et la politique en place en nous faisant un joli clin d'oeil !


D'une écriture fluide, légère et toujours bourrée d'humour, Douglas Kennedy nous raconte l'histoire d'Hannah Buchan en deux temps, d'abord ses16-24 ans, où se jouent l'essentiel des décisions importantes et une seconde période après 53 ans. Cet effet de coupe du roman donne tout son relief à l'histoire, les années passées par l'auteur s'inscrivent comme un ancrage bien établi des décisions prises en amont et font le lit du fameux train train quotidien évoqué dans le titre. Ainsi, le roman prend totalement à contrepied l'histoire d'Emma Bovary tout en conservant une trame et un déroulement assez proches.


Des protagonistes qui vont jalonner le roman, Dan, l'époux d'Hannah, est le plus stéréotypé dans sa fonction de mari médecin à l'image du bon docteur Bovary, consciencieux mais pas folichon. Les parents d'Hannah et sa meilleure amie Margy jouent un rôle prépondérant dans l'accompagnement de notre héroïne tant dans les moments de soutien que de conflits. Enfin, ses propres enfants donnent lieu à d'autres histoires en parallèle, entre un fils psychorigide et féru de religion et une fille à la vie sentimentale éclatée qui va complètement perdre pied avec la réalité...


Conclusion : Un roman foisonnant sur la vie conjugale des trois générations, sur fond d'Amérique Bushienne et bigote, avec des intrigues politico-médiatiques pleines de rebondissements. Ma note : 15/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez Pocket / Janvier 2007

600 pages

Parmi les autres romans de Douglas Kennedy, quelques conseils de lecture :

  • Cul de sac, polar "descente aux enfers" trépidant devenu culte , 16/20
  • L'homme qui voulait vivre sa vie, roman qui nous plonge dans la peau d'un pauvre type aux prises avec les conséquences de ses actes, 16/20
  • Les désarrois de Ned Allen, un roman à suspense dans l'univers du business,14/20
  • Rien ne va plus, une autre brillante histoire de descente aux enfers, 14/20
  • Au pays de Dieu, journal de bord sur l'Amérique et son engouement pour la religion, 13/20