Fin du 1er semestre 2007 et un constat brûlant : si j'apprécie de mettre en exergue certains ouvrages pour leur qualité littéraire, leur humour, leur verve, leur originalité, il en est aussi d'autres pour lesquels leur lecture m'a laissée de marbre, ennuyée ou même carrément mortifiée. Pour ceux-ci, l'idée de faire un billet ne m'apparaissait pas urgent, déjà occupée par mon boulot, mon activité de Cityreporter et tout récemment par mes lectures consacrées à la sélection adhérents de la rentrée littéraire FNAC à laquelle je participe cette année. Un pur délice... J'y reviendrai d'ailleurs le moment venu, tout cela restant actuellement sous le sceau du secret '-)). En dépit d'un calendrier bien chargé, j'ai quand même eu l'envie de vous faire partager quelques-unes de mes déconvenues.

- Reçoivent la palme des ouvrages insipides (sur ma seule et subjective opinion) :

  • Etre positif de Susan Quilliam, un ouvrage qui ravira les adeptes de la pensée positive que sont Jean-Pierre Raffarin et Lorie, rassemblant des préceptes prédigérés malheureusement souvent inappliquables dans notre monde de brutes
  • Deux filles en liberté de H. G. Konsalik, un pur nanar dans son genre, dans la grande lignée arlequinesque
  • L'Ecole du crime de Carol O' Connell, j'ai développé au fil du roman une allergie au style de cette romancière...


- Se voient décerner le prix du livre assommant :

  • Aime-toi, la vie t'aimera de Catherine Bensaïd, un guide qui offre un point de vue et de nombreuses anecdotes sur l'estime de soi mais qui n'apporte pas de solutions "pratiques"
  • Morocco de Daniel Easterman, également publié sous le titre Maroc, ça doit faire plus exotique, en tous les cas pas son meilleur roman, je lui préfère Minuit en plein jour ou Le masque du jaguar
  • Temps futurs d'Aldous Huxley, très confus, je vous conseille plutôt de lire Le Meilleur des Mondes, un grand classique de littérature SF
  • Labyrinthe de Kate Mosse, un roman mêlant histoire contemporaine et médiévale bien loin de tenir ses promesses
  • Crises de Robin Cook, un roman médical (réservé aux amateurs) moins abouti que nombre de ses précédents, entre autres Cure fatale, Toxine, Chromosome 6, Naissance sur Ordonnance, Choc, Risque mortel, Sphinx, Phase terminale, Avec intention de nuire, Rapt ou encore Vertiges
  • Les Chaises de Ionesco, pièce parmi d'autres Victimes du devoir, Amédée ou Comment s'en débarrasser, Jacques ou la Soumission qui m'ont franchement moins plu que les grands classiques de l'auteur à savoir La cantatrice chauve, Rhinocéros ou La leçon
  • Cadavres menteurs d'Iris Johansen, un nouveau roman à la sauce réplique des précédents, préférez Sous les traits du mensonge, Course à mort ou encore Dernière cible


- Dans la catégorie "peut mieux faire", ont reçu les encouragements du jury (composé de moi seule, jugement purement autocratique) :

  • Magie Vaudou de Graham Masterton, auteur prolifique de romans d'épouvante qui peut tomber facilement dans le grotesque. Je conseille plutôt Apparition ou Le glaive de Dieu
  • Un tout petit monde de David Lodge, j'ai moins accroché sur celui là, même si j'estime beaucoup cet auteur, ayant beaucoup plus apprécié les romans Thérapie, Les quatre vérités ou encore Pensées secrètes
  • Sauveur d'âmes de James Arce-Stevens, un roman d'anticipation qui possède de brillantes idées mais manque globalement de peps
  • Les morts solitaires de Michael Marshall, une suite pas formidable du roman plus abouti Les hommes de paille
  • Passage de Connie Willis, un roman qui aurait pu être génial, nonobstant les références au Titanic, une dérive de l'auteur ?!
  • Oliver Twist de Charles Dickens, un grand classique (je sais bien) mais les misères du jeune Oliver se répètent inlassablement sur le même mode, par contre, je vous conseille dans le genre conte pour tous, Un Chant de Noël.


- Et les autres, ceux que j'ai aimés mais que je n'ai pas pris le temps de mettre sur le blog ou choisis de ne pas le faire pour diverses raisons :

  • Trilby de Georges du Maurier, accessoirement peintre, grand-père de Daphné et meilleur ami d'Henry James, pour qui le succès de ce roman fût presque le drame de sa vie (voir billet L'auteur L'Auteur de David Lodge), roman à succès dont l'antisémitisme omniprésent m'a gâché la lecture
  • Une peine d'exception de Patricia Cornwell, pour les amateurs de médecine légale, je vous livre de façon non chronologique mes romans préférés, Cadavre X, Postmortem, La séquence des corps, Mordoc, Morts en eau trouble, Et il ne restera que poussière, Une mort sans nom
  • Cliente de Josiane Balasko, un roman aux personnages attachants mais qui s'oublie vite
  • La Transaction de John Grisham, pour les amateurs de thrillers juridiques, préférez la lecture de Non coupable, La loi du plus faible, Le client, Le Testament
  • Seras-tu là ? de Guillaume Musso, une recette du prêt-à-lire qui marche bien, je lui préfère Et après
  • Innocent d'Harlan Coben, pas mal mais pas aussi "nouveau" que Ne le dis à personne et Disparu à jamais
  • L'été des orages de Judith Kelman, l'histoire d'un crime vieux de trente ans qui resurgit, je lui préfère Le Rôdeur ou Phobies
  • La règle de quatre de Ian Caldwell, un mélange entre Le cercle des poètes disparus, Le nom de la rose et Tintin, un polar qui se lit facilement mais agace aussi par moments
  • La marque de Winfield de Ken Follett, un roman mêlant habilement complot et aventure, du même auteur je vous invite à découvrir la géniale épopée des Piliers de la Terre, ou les polars Le troisième Jumeau, Le réseau Corneille, Les lions du Panshir, Code Zéro.


Et voilà pour ce bilan semestriel, j'espère que vous trouverez ici des idées pour vos lectures à venir, et je souhaite à ceux qui partent de bien profiter des vacances pour bouquiner !