Oskar Schell n'est pas un être ordinaire, doté d'une intelligence hors norme, il aime inventer des choses, créer des bijoux, s'intéresse à l'astrophysique et n'hésite pas à demander à Stephen Hawking par courrier s'il accepterait de le prendre comme assistant, de même avec Jane Goodall, qu'il tient en haute estime pour son action. Il est également entomologiste amateur, francophile, consultant en informatique, percussionniste et collectionneur de choses diverses notamment les papillons morts de mort naturelle et les cactées miniatures. Pourtant Oskar n'a que 9 ans. Il vit avec sa maman à New York et garde un terrible secret depuis cette matinée de septembre où il rentre chez lui plus tôt parce "qu'un grand malheur est arrivé". Nous sommes le 11 et Thomas, le père d'Oskar avait justement un rendez-vous ce matin là dans les Tours jumelles...


Deux ans passent et Oskar est toujours dans le déni, comment pourrait-il accepter la mort de son père sans en avoir la preuve formelle, d'ailleurs son cercueil est VIDE. Oskar ne peut pas renoncer si vite, lui si avide de tout savoir. Il se lance alors dans une quête éperdue pour comprendre ce qui s'est réellement produit ce jour là. Une clé découverte par hasard dans le dressing symbolise l'énigmatique investigation de cet enfant orphelin de père. Clé au sens propre comme au figuré car elle va ouvrir de nombreuses portes et en fermer aussi tout autant. En parallèle, l'histoire de cette famille remonte à la surface comme autant de réponses aux questions qu'Oskar ne se pose pas, pas encore du moins, déterminé et usant de toute son énergie dans sa quête personnelle, une forme de thérapie par l'action.


Cryptique et décalé, contrecarrant les codes de l'écriture par des effets typographiques, un style souvent destructuré et l'adjonction d'images pour illustrer son récit, le texte de Safran Foer bouleverse, fascine, fait rire, interroge, et surtout prend aux tripes. L'histoire de cette famille qui compose avec ses blessures et doit accepter la disparition d'un des siens dans un attentat épouvantable ne peut laisser quiconque indifférent. La plume exceptionnellement déroutante et sophistiquée déroule avec un talent surprenant ce récit tout en émotions.


Conclusion : Un roman singulier -ovni, même- sur le deuil, usant d'une palette d'émotions très riche, tout en pudeur, drôlerie et fantaisie à l'appui. Un roman rare. Ma note : 18/20.


Pour en savoir plus :

Chez Points / Août 2007

462 pages