Longtemps chroniqueur judiciaire, John Katzenbach sait mettre ses connaissances en matière de crime au service du polar, plus particulièrement en exploitant le singulier royaume de la maladie mentale. Dans Une histoire de fous, Francis, le narrateur de l’histoire et protagoniste principal, est atteint de schizophrénie. Dans l’Analyste, autre best-seller du même auteur, le héros du roman est psychanalyste. Deux romans psychologiques, deux angles d’attaque, une réussite à chaque fois. Pour un non psy, chapeau bas.


Assailli par des voix intérieures, le jeune Francis raconte son internement dans un asile psychiatrique, après avoir proféré de violentes menaces à l'encontre de plusieurs membres de sa famille. Tout jeune et totalement terrorisé, s’obstinant à nier sa maladie, il va découvrir l'univers sordide de l'hôpital psychiatrique où les règles du monde extérieur ne s'appliquent plus vraiment. Surnommé C-bird, Francis va faire la connaissance d’un autre pensionnaire, Peter alias le Pompier, dont on va découvrir au fil du roman les raisons mystérieuses de sa présence, lesquelles sont - sans entrer dans les détails - plus politiques que psychiatriques. Une jeune infirmière violemment assassinée pose alors le début d’une chasse au meurtrier, dont les principaux investigateurs ne sont autres que Francis et Peter eux-mêmes…


Un thriller haletant et décalé où l’on enquête avec les protagonistes, soupçonnant tour à tour chaque personnage. L’investigation menée conjointement par une assistante du procureur et deux malades mentaux n’est pas banale !


Conclusion : Si vous aimez les histoires de meurtres, de psys, de maladies mentales, vous aimerez forcément cette histoire de fous ! Ma note : 16/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez Pocket / Février 2008

749 pages


Autre thriller incontournable, l’Analyste


L_analyste.gif

Résumé : «Heureux 53e anniversaire, docteur. Bienvenue au premier jour de votre mort.» Lorsque lui parvient cette mystérieuse lettre de menace, l'existence jusqu'alors prévisible du docteur Starks bascule dans le chaos. Ce psychanalyste à succès se trouve subitement entraîné dans un jeu morbide conçu par l'homme qui se fait appeler Rumpelstiltskin, comme le mauvais génie du conte des frères Grimm. Les règles sont simples : Starks dispose de deux semaines pour identifier Rumpelstiltskin et les raisons de sa colère. S'il y parvient, aucun mal ne lui sera fait. Mais en cas d'échec, l'inconnu tuera l'un après l'autre les proches du docteur, jusqu'à ce qu'il accepte de se donner la mort...
Un polar aux petits oignons : une intrigue surprenante et pléthore de rebondissements, à ne pas manquer. Paru chez Pocket / Mai 2007. 659 pages. Ma note : 17/20.


A noter : les deux romans ont pour autre point commun une photo de couverture enflammée, le feu ayant son rôle à jouer dans les deux intrigues...


Site de l’auteur : http://www.johnkatzenbach.com