Douze nouvelles, douze histoires d'anticipation, douze univers d'autant plus stupéfiants qu'ils relèvent du possible. Et si certaines de ces histoires de SF n'étaient que la réalité de demain ? Claude Ecken, fils naturel d'Asimov, K. Dick et Wells - auteurs fondamentaux qui nous ont fascinés et instruits sur les scénarios potentiels de demain - relève le défi de ses pairs avec un talent de virtuose.


Le coup d'éclat de ce recueil réside dans la diversité des thèmes abordés : la presse, la génétique, le voyage interstellaire, le clonage, le suicide, les mondes parallèles, etc. Qu'elle soit très courte ou plus approfondie, chacune de ses histoires embarque le lecteur dans un univers où la réalité n'est pas celle que l'on connaît. Ainsi, le second récit Membres à parts entières, aborde avec un cynisme jubilatoire la notion de handicap en inversant les rôles : le handicap devient la norme et la norme devient l'exception, audacieux !


Dans En sa tour, Annabelle, le narrateur raconte la troublante maladie de sa sœur, atteinte de Jargonaphasie anosognosique : elle raconte n'importe quoi et n'en a pas conscience. Le protagoniste, littéralement fasciné par les cadavres exquis de sa sœur, décrit son mal avec une admiration touchante. Une nouvelle de cinq pages sur la folie créative du langage, un pur moment de poésie.


La dernière nouvelle intitulée La fin du Big Bang, brille par son originalité, et aurait dû faire l'objet d'un roman tant la matière y est dense. Damien, étudiant en physique quantique, a depuis toujours l'impression que le monde change sans cesse sans que personne ne s'en aperçoive à part lui. Évoluant d'un monde parallèle à l'autre, son aspect, son nom, ses proches, tout peut changer d'un claquement de doigt. Longtemps persuadé que les autres voient et vivent la même chose que lui, ses questions et ses certitudes dérangent. Est-il fou ? Pourquoi vit-il avec les souvenirs de tous les univers alternatifs qu'il traverse, sans pouvoir comme le font les autres, oublier, tout simplement ? Une rencontre va l'aider à y voir plus clair, démêler l'écheveau de son identité d'un point de vue philosophique et du monde qui l'entoure grâce à ses compétences en physique quantique.


Conclusion : Nouvelliste d'anticipation de talent (génie ?), Claude Ecken révèle l'ampleur de son inspiration et de son imaginaire à travers ce brillant recueil. La suggestion de scénarios en fin de volume m'a laissée hilare ! Ma note : 17/20.


Pour en savoir plus :
Paru chez Pocket / Mars 2009
401 pages
Cet ouvrage a reçu le Grand Prix de l'Imaginaire