Je suis né un jour bleu est le témoignage bouleversant et passionnant d'un homme sur le trouble du développement dont il souffre depuis tout petit : l'autisme. Plus particulièrement, Daniel TAMMET est atteint du syndrome d'Asperger, considéré comme un trouble autistique de « haut niveau ». Un Asperger serait un autiste sans retard de langage ou avec un développement cognitif normal, mais toujours accompagné de comportement stéréotypés et répétitifs, ainsi que d'une altération du rapport à l'autre. Daniel TAMMET raconte d'ailleurs à quel point il se sent à part, et comment il lui a fallu des années pour comprendre la notion d'interaction et de réciprocité sociale.


Perturbé par les bruits, inflexible sur les trajets pour aller à l'école, hypersensible, rejeté par les autres enfants, Daniel explique comment ses parents ont appris à gérer son abord difficile au jour le jour, leur patience, leur amour infini. On comprend alors à quel point le rôle des parents a été fondamental dans son évolution. La venue d'une grande fratrie y a aussi beaucoup contribué, Daniel observant la facilité déconcertante de ses frères et soeurs à se faire des amis, quand il s'agit pour lui d'une véritable épreuve.


A côté de ses difficultés du quotidien, Daniel va se découvrir des aptitudes hors du commun, notamment grâce à sa perception particulière des chiffres : ceux-ci formant des images dans sa tête. Véritable prodige en calcul mental, Daniel explique comment il « voit » les résultats de ses calculs apparaître devant lui spontanément comme d'étranges paysages, le processus de calcul n'étant pas conscient. Les nombres sont associés à des émotions, le plus souvent ils ont une fonction apaisante et rassurante pour lui, hormis le chiffre 6 qui ne lui plaît pas, car il lui fait penser à un gouffre. Il perçoit également les mots ou les lettres en couleur, ainsi le jour de sa naissance, un mercredi, est pour lui un jour bleu. Ces phénomènes relèvent de la synesthésie. C'est grâce à cette aptitude, associée à une mémoire prodigieuse, que Daniel va réussir à apprendre par cœur (il lui faudra environ 3 mois pour y parvenir) et réciter en public quelques 22514 décimales du nombre Pi ! Une performance hors du commun qui va le faire connaître du grand public. Également fasciné par les langues, Daniel Tammet possède la faculté d'apprendre une nouvelle langue à une vitesse extraordinaire. Il en maîtrise 11 au moment de la publication du livre, et en a même inventée une, le Mänti.


Conclusion : Ce témoignage d'un autiste raconté par lui-même, ses carences, son apprentissage, sa curiosité, ses aptitudes étonnantes et son immense sensibilité, font de ce texte une véritable rareté. Ma note : 18/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez J'ai lu / Février 2009

284 pages

Voici une vidéo (en français) où l'on découvre son parcours, son challenge Pi, les manifestations de sa synesthésie, sa rencontre avec Kim Peek, l'autiste prodigieux dont s'est inspiré le film Rain man et son incroyable challenge pour apprendre l'islandais en une semaine : c'est ICI

Le site officiel de Daniel TAMMET