Après le résumé de cette quatrième de couverture, difficile d'en dire beaucoup plus sous peine d'en révéler beaucoup trop. Ce roman de David Vann est un mélange de journal intime et de thriller : on y découvre le narrateur, Roy, adolescent de 13 ans et son père, qui débarquent sur une île glacée et inhabitée et s'y installent pour une année pour apprendre à mieux se connaître.


Passés les premiers moments à tenter d'organiser leur nouvelle vie, la chasse, la pêche, l'amélioration de leurs conditions de vie, le jeune Roy va peu à peu découvrir des aspects de la personnalité de son père jusqu'alors inconnus de lui, des aspects qu'il aurait certainement préféré ignorer. Et ce père névrosé et dépressif, pitoyable même, qui cherche à renouer avec son fils ne parvient qu'à s'en éloigner de plus en plus.


Un roman où la tension psychologique est si dense qu'on ressent un malaise immédiat. Un sentiment renforcé par l'isolement du jeune homme aux prises avec ce père toxique dont il ne réussit pas à comprendre les motivations profondes.


Conclusion : Un huis clos infernal et dérangeant. Ma note : 16/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez Gallmeister / Janvier 2010

192 pages

Cette interview offre un éclairage sur la genèse du roman et la référence de l'auteur qui avait 13 ans lorsque son père s'est suicidé.

Petit extrait : "Mon père s'est suicidé quand j'avais treize ans. Deux semaines avant de se donner la mort, il m'a demandé de passer une année en Alaska avec lui : j'ai dit non. Peut-être le livre est-il la réponse positive à sa requête - une sorte de rêverie éveillée sur ce qui aurait pu se passer si j'étais parti avec lui."