Second roman de cette auteure danoise mais première publication en français, la Neuvième pierre plaira certainement aux amateurs de polars historico-ésotériques. Situé dans l'Angleterre victorienne, ce roman déroule sa trame dans une atmosphère froide et typique de l'époque, et dont l'héroïne principale, Sarah, jeune fille orpheline débrouillarde, ressemble à s'y méprendre aux personnages de Dickens.


Jalonnée de meurtres mystérieux, l'intrigue raconte le périple de diamants colorés extraordinaires, depuis l'Inde jusqu'en Angleterre, destinés à devenir un bijou unique, doté de pouvoirs incroyables. Etrangement, beaucoup des personnes qui vont croiser la route de ces pierres, vont également trouver la mort dans des circonstances inhabituelles.


Aux confins de l'étrange et du culte d'une déesse aux pouvoirs maléfiques, l'intrigue aurait méritée d'être plus approfondie, on reste sur sa faim. Quid de cette légende sur le talisman sacré, quels sont ses pouvoirs ? On ne saura pas. Même constat pour les personnages où les femmes ont la part belle, mais qui ne sont pas vraiment creusés. On nous dit que Sarah va devenir une brillante journaliste et une écrivaine hors pair, dans les faits on ne lit que très peu d'écrits d'elle, ce qui est assez frustrant. Les autres personnages encore moins travaillés, souffrent d'un cruel manque d'épaisseur. Dommage, car il y avait nettement matière à creuser, notamment Martha la gouvernante et Ellen la petite soeur, qui ont toutes deux un don pour voir "les autres", comprendre les défunts. Hélas là encore, Kylie F. oublie de tirer parti de ces dons et les laisse en arrière plan. Un vrai gâchis.


Conclusion : Un roman qui aurait pu être vraiment bon s'il n'était resté en surface, car l'atmosphère sombre et délétère de l'Angleterre et de l'Inde du XIXème siècle, point fort de l'histoire, ne suffit pas à maintenir le lecteur en haleine ! Reste une histoire pas forcément très originale dont on peut reprocher d'être trop prévisible, mais qui offre un divertissement pour qui aime le dépaysement, puisqu'on a l'occasion de voyager entre Londres et Bénarès, deux villes que tout oppose. Ma note : 13/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez Actes Sud collection actes noirs / Mai 2010

356 pages