Voici une de mes récentes découvertes en matière de polar suédois, paru aux éditions Actes Sud dans la fameuse collection noire et rouge Actes noirs. Un polar intéressant, assez bien ficelé, avec des intrigues qui s'imbriquent. Pas forcément un coup de cœur, mais un premier roman très prometteur.


Si vous aimez le dépaysement vers les contrées glacées du grand nord, vous serez ici servis puisque l'intrigue se déroule à Stockholm avec des températures polaires. Eric Maria Bark, psychiatre spécialiste de l'hypnose, se voit contraint d'hypnotiser un jeune garçon (dont la soeur est en grand danger) alors qu'il a renoncé à l'hypnose 10 ans plus tôt. Fort de son expérience antérieure, la séance met au jour des révélations terribles sur les circonstances du drame. Mais cette séance va mettre en route une autre intrigue, directement liée aux événements de la décennie précédente, quand Bark a été contraint de ne plus exercer en tant qu'hypnothérapeute.


Homme brisé, accablé par 10 années de doutes sur les conséquences d'une séance d'hypnose qui a mal tourné, Eric Maria Bark n'est plus que l'ombre de lui-même. Livré à des angoisses qui le tourmentent, il avale les comprimés d'antalgiques et de somnifères comme des bonbons. On découvre au fil de l'intrigue sur le massacre d'une famille entière, l'autre histoire, celle de ce médecin qui a dû cesser son activité. Beaucoup d'événements du passé vont d'ailleurs retentir dans le présent, démultipliant les sources de violence ainsi que la tension nerveuse du lecteur.


Intrigues croisées, atmosphère glaciale, tension palpable, personnages bien construits, non-dits aux conséquences désastreuses, L'Hypnotiseur offre une belle palette d'émotions fortes au lecteur. On a souvent envie d'intervenir et dire aux personnages : ne fais pas ça ! Dis-lui la vérité, bon sang ! On est donc bien happé dans la lecture, ce qui est plutôt bon signe ! Evidemment, ce thriller n'est pas sans défauts, notamment dans sa construction. Beaucoup de pistes ne sont pas suivies : l'accident du beau-père de Bark, les raisons de leur relations tendues, pourquoi le flic Joona a une attitude de diva vis-à-vis de sa hiérarchie, pourquoi le collègue de Bark lui refile-t-il un cas particulièrement difficile sans lui en donner les tenants et les aboutissants ? On papillonne de piste en piste, certaines sont creusées, d'autres restent lettre morte. La frustration est donc bien là, mais elle n'entrave pas réellement la qualité de ce polar.


Conclusion : Un premier roman noir écrit à quatre mains par le couple Alexander et Alexandra Ahndoril, écrivains suédois, sous le pseudonyme de Lars Kepler. La suite des aventures du Commissaire Joona Linna est parue en juillet dernier en Suède et semble être déjà un énorme best seller. J'attends la traduction avec impatience ! Ma note : 15/20.


Lars-Kepler-nettet.jpg


Pour en savoir plus :

Paru chez Actes Sud / Septembre 2010

510 pages