Après une quatrième de couverture aussi alléchante pour qui aime le thriller et l'aventure dans des contrées lointaines et mystérieuses, comment ne pas être tenté ? Toujours aussi brillant dans sa narration, Grangé nous propose ici un thriller mouvementé qui capte immanquablement l'attention mais qui révèle aussi de nombreux défauts. En m'interrogeant sur ce meurtrier cannibale à la barbarie insoutenable, j'ai été déçue de deviner son identité trop rapidement. L'autre point négatif concerne le dénouement, que j'ai trouvé absurde et mal ficelé. Tout ça pour ça ?


L'histoire de cette juge d'instruction à la vie amoureuse pathétique qui fait placer des écoutes dans le bureau du psy de son petit ami pour savoir pourquoi ce dernier la fuit, me paraissait pourtant un point de départ délicieusement croustillant. L'intrigue part en trombe, on n'a pas le temps de s'ennuyer tant les rebondissements affluent. Et même si l'on s'étonne du manque de jugeote de cette héroïne mal dans sa peau, on est embarqué dans ses tribulations aux quatre coins de l'Amérique centrale. Hélas, une enquête que je qualifierais d'erratique et impulsive. Pour tout dire, invraisemblable.


Conclusion : Du rythme, des rebondissements, un bon début. Mais aussi des personnages inconsistants et une histoire qui ne tient pas la route. Déçue. Préférez le Vol des cigognes. Ma note : 13/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez Albin Michel / Septembre 2009

508 pages