Effectivement, vous l'aurez remarqué, j'ai coupé le résumé de la quatrième de couverture car je trouve qu'il en dit beaucoup trop ! Pierre Lemaitre nous avait déjà offert quelques titres bien sympathiques tels que Robe de Marié et Cadres noirs, avec Alex l'auteur atteint des sommets de maîtrise dans l'art du polar noir hautement machiavélique.


Construite en trois parties, où chacune ouvre une perspective nouvelle sur l'héroïne et son parcours, l'intrigue gagne en puissance et en complexité, avec 3 angles de vue qui se complètent les uns les autres. Au départ, on découvre une jeune femme coquette, un brin séductrice, qui a compris qu'elle était jolie assez tardivement et qui désormais, compte bien en profiter. Très vite, on la voit se faire enlever en pleine rue par un homme d'une brutalité inouïe, puis conduite dans un lieu désaffecté, dénudée, mise en cage, humiliée et affamée, avec pour compagnie d'énormes rats agressifs... La suite se déroule à toute vitesse, les intentions du kidnappeur ne nous sont pas très claires au départ, même si on pense évidemment au pire.


Pour la police, ce rapt reste un mystère tant la victime et son ravisseur peinent à être identifiés. L'enquête est confiée au commandant Verhoeven, petit bonhomme nerveux et analytique que l'on avait déjà pu découvrir dans Travail soigné. Dans ce précédent thriller, on assistait à l'enlèvement de l'épouse enceinte de Verhoeven, et son assassinat. Un drame qui avait anéanti Verhoeven et dont la reprise de l'activité dans une affaire d'enlèvement s'avère des plus éprouvantes, tant elle entre en résonance avec son histoire personnelle.


Avec Alex, on découvre une construction très originale de l'histoire : l'enlèvement d'une jeune femme, les motivations de son agresseur, le profil de la victime. C'est ce dernier élément qui va nous éclairer, car Alex n'est pas une jeune femme comme les autres, et son enlèvement n'est pas un hasard. La jeune Alex semble être au fil des pages beaucoup moins innocente et futile qu'on ne l'avait imaginée au départ. Pour la police, cette enquête démarre difficilement : personne n'a signalé la disparition de la jeune femme, et quand le ravisseur est découvert, il préfère se suicider que de risquer d'avouer où il l'a cachée...


Conclusion : Un polar d'une grande efficacité, des portraits fouillés, une intrigue complexe. Ma note : 16/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez Albin Michel / Février 2011

392 pages