Jean-Marc Souvira est un vrai flic, l'occasion pour nous amateurs de polars, de découvrir l'ambiance particulière du célèbre 36 Quai des Orfèvres et d'apprendre un peu de jargon réaliste. Et pour un premier roman, je tiens à saluer son auteur, car c'est plutôt réussi. Tous les ingrédients du bon polar sont réunis : un meurtrier pédophile féru de magie, un flic tenace et fin psychologue, des conflits hiérarchiques assez stéréotypés mais ce n'est pas gênant, une enquête sur les traces d'un maniaque insaisissable qui viole et tue des petits garçons d'une dizaine d'années.


Plutôt bien construit, ce polar nous fait entrer dans le vif du sujet dès les premières lignes. Un prisonnier en attaque un autre et le tue froidement. Méthodique, détaché, le meurtrier n'est pas inquiété et va même être prochainement libéré pour bonne conduite. Paris devient rapidement son terrain de chasse. Et sa réinsertion se déroule en toute quiétude : travail régulier dans une entreprise familiale de plomberie, rendez-vous réguliers chez le juge d'application des peines et le psychiatre, le tout sans heurts, une attitude de façade bien maîtrisée. Petit homme au physique ordinaire, Arnaud Lécuyer sait se faire oublier. Mais ses anciennes pulsions criminelles ont repris le dessus et la chasse peut recommencer.


Face à lui, la police judiciaire parisienne et plus précisément son numéro 2 : Ludovic Mistral, un flic coriace aux méthodes inspirées de celles du FBI. Le profil psychologique du tueur en série et la victimologie n'ont plus de secrets pour lui. L'affaire du Magicien est l'occasion de mettre en pratique ses acquis américains et de clore une enquête vieille de 13 ans. Un challenge d'autant plus difficile qu'un franc tireur de la brigade compte bien revendiquer à lui tout seul l'arrestation de l'insaisissable pédophile meurtrier, menant une enquête parallèle sans partager ses informations. Un comportement qui pourrait bien faire le jeu du Magicien. Un jeu du chat et de la souris démarre, fin stratège de la police d'un côté contre caméléon maléfique de l'autre.


Conclusion : Une intrigue bien ficelée, des personnages hauts en couleur, une enquête passionnante sur fond de réalisme urbain. Ma note : 16/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez Pocket / Mars 2011

479 pages

Cet ouvrage a reçu le Prix des Lecteurs « Goutte de Sang d'encre »