Parlons chiffres un instant : sont attendus pour cette rentrée 2011 près de 700 ouvrages, préludes à une nouvelle guerre des rayonnages et autres présentoirs de librairies, contraintes à faire un choix, le plus souvent dicté par la perspective des ventes à venir. Un nombre faramineux de parutions qui asphyxie le lecteur occasionnel et laisse rêveur le lecteur compulsif. Un volume pourtant en net recul depuis l'an dernier si l'on en croit le site livreshebdo.fr qui parle de 654 parutions contre 701 en 2010. L'année 2011 apparaît également comme un bon millésime, la presse spécialisée commence d'ailleurs à conseiller des ouvrages et à en descendre d'autres en flèche, et certains font déjà des pronostics sur les Prix à venir...


Pour ma part, j'ai déjà repéré quelques titres : le dernier Amélie Nothomb pertinemment intitulé Tuer le père et qui donne comme chaque année le coup d'envoi de cette rentrée en sortant dès le 17 août. Autres romans attendus, les deux premiers tomes de la trilogie de Haruki Murakami 1Q84, le thriller psychologique de José Carlos Somoza, L'Appât et le très attendu Freedom de l'américain Jonathan Franzen, un immense succès outre-Atlantique. D'autres auteurs que j'aime bien me font de l’œil parmi lesquels Véronique Ovaldé, David Vann, Jean-Christophe Grangé, Dan Simmons... A suivre.


J'ai également pu goûter quelques titres en avant première dans le cadre du Prix des adhérents FNAC : Les morues de Titiou Lecoq, Mondial Nomade de Philippe Pollet-Villard, Pas d'inquiétude de Brigitte Giraud, Une nuit à Reykjavik de Brita Svit, Même les chiens de Jon McGregor. Cinq romans de style différents vers lesquels je ne serai pas allée spontanément. J'y ai trouvé du bon, du moins bon et du carrément pas terrible. Mais aucun coup de cœur. J'y consacrerai un billet plus détaillé après leur parution. En attendant, je vous souhaite une excellente rentrée littéraire 2011 !