Bien que ni chef cuisinier professionnel, ni femme d’affaire accomplie, Myriam décide de monter son propre restaurant, petit établissement de quartier, havre de paix et de fantaisie culinaire, lieu vivant et insolite, à son image. Chargée d’un passé houleux, elle souhaite, en créant sa propre affaire, se délester du poids de ses terribles souvenirs.


Dotée d’une bien jolie plume, Agnès Desarthe nous raconte le quotidien d’une femme passionnée, sensible et un brin fantasque, pétrie de tristesse mais aussi pleine d’espoir. Personnage paumé, délivré du carcan de sa vie passée, elle est en quête d’affirmation de soi et de liberté. Idéaliste, volontaire et intuitive, elle est aussi désespérément peu organisée, tête en l’air et adepte forcenée de la procrastination.


Ces défauts n’étant pas très compatibles avec la restauration, sa rencontre avec Ben, jeune homme à l’allure bancale mais d’une redoutable efficacité dans tous les domaines, va lui permettre de compenser et d’aller de l’avant. Le duo d’une grande complémentarité va parvenir à faire marcher le petit restaurant et en faire le réfectoire officiel des habitués du quartier.


Conclusion : Joli roman, au style clair et raffiné. Ma note : 16/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez Points / Mai 2010

274 pages