Après le réussi Meurtres pour rédemption, j’avais envie de lire autre chose de Karine Giebel, que je découvrais alors. Dans son dernier polar, la romancière met de nouveau au premier plan la torture, non plus dans le milieu carcéral, mais dans le cadre d’une manipulation psychologique d’une femme par un pervers. Cette femme, il l’a méticuleusement choisie pour sa réussite sociale, son ambition, son allure, sa beauté et sa manière de regarder les autres comme s’ils étaient ses esclaves.


A l’aune d’une promotion sociale prestigieuse, Cloé pense enfin qu’elle est proche d’avoir atteint tous ses objectifs de vie : côté professionnel, un poste à la hauteur de ses ambitions, et côté personnel, un homme merveilleux, beau et rassurant, qui flatte son ego. Tout lui sourit, jusqu’à ce jour où en rentrant d’une soirée tardive, elle est suivie par un inconnu puis se retrouve nez à nez avec lui devant sa voiture. S’il ne l’agresse pas, Cloé a pourtant une peur bleue. Les jours passent et sa terreur ne fait que croître quand elle découvre que des objets de son appartement ont changé de place ou qu’on a rempli son réfrigérateur pendant son absence.


D’une nature assez méfiante au départ, la belle est de plus convaincue d’être épiée, suivie et que quelqu’un la veut morte. Mais personne de son entourage ne la croit, pas plus que la police, et tous lui conseillent d'aller consulter un psychiatre. Commence alors un jeu du chat et de la souris entre le prédateur manipulateur et sa proie que personne ne croit.


Assez basique sur la forme, voire même insuffisant pas moment dans son style (très peu travaillé, j’ai vraiment eu l’impression d’un premier jet sans relecture) Juste une ombre est un thriller sur la descente aux enfers d'une femme aux prises avec un maniaque. Si l’histoire est plutôt divertissante, il y a peu de doutes qu’on l'oubliera assez vite, faute d'être vraiment originale. Dommage, car après Meurtres pour rédemption, on ne peut qu’être déçu par ce polar sans grande envergure, sa construction faible, sa mise en scène simpliste et ses personnages qui manquent de relief.


Conclusion : Un thriller de moyenne facture, idéal pour une lecture sur la plage. Ma note : 12/20.


Pour en savoir plus :

Paru chez Fleuve Noir / Mars 2012

503 pages

Amazon